L’aventure

Flash info : David le scoop !

En 5 mois, voici le changement physique de David :

David avant, David maintenant

David avant, David maintenant

Publicités

L’aventure au quotidien, les réponses

Vous avez été plusieurs à nous poser des questions depuis notre départ de Kpalimé, voici donc les réponses concernant notre vie quotidienne au Ghana.

L’hébergement
Se faire inviter chez un ghanéen reste un luxe très rare, ils sont très accueillants dans la rue, mais n’ouvrent pas facilement les portes de leurs maisons. Nous avons donc dû modifier nos plans (au moins pour le Ghana) en matière d’hébergement. Nous logeons dans des hôtels et Guest House proposant des tarifs intéressants. Comptez entre 20 et 40 GHc (5-10€) la nuit dans une chambre double, ventilée, confort de base mais bien suffisant pour les voyageurs que nous sommes.

Les repas
Le moyen le plus économique de manger ici, c’est de manger la même chose que tout le monde. Les rues débordent de petits commerces et cantines ou tout le monde viens manger le midi comme le soir. Comptez entre 2 et 6 GHc (0,50-1,50€) pour un repas copieux. On y trouve de tout, des frites d’igname aux brochettes de boeuf en passant par les bananes plantains et les assiettes d’indomie (nouilles aromatisée au poulet et aux oignons). On y trouve également pléthore de fruits, ananas, bananes, oranges, papayes, noix de cocos etc… Ne vous inquiétez pas, on mange bien !!!

Les breuvages
On mange bien certes, mais est-ce qu’on boit à notre soif ? Ne vous inquiétez pas non plus, on trouve de l’eau à tous les coins de rue. Partout des femmes scandent « Here is Pure Water ! » pour annoncer à tout le monde qu’elles vendent des poches de Pure Water. L’eau est conditionnée en usine en sachet plastique de 50 cl et revendue dans la rue pour 0,20 GHc (0,05 €). Ne vous inquiétez pas non plus, on trouve aussi de quoi nous faire plaisir (Coca, Fanta, bières, etc) pour 2,5-5 GHc (0,62-1,25 €).

OLYMPUS DIGITAL CAMERAHygiène
La douche quotidienne est fraiche, très fraiche, mais ça fait tellement de bien lorsque le thermomètre affiche 35°C, voire 40. L’eau est de temps en temps chaude, lorsque qu’elle est stockée dans des tanks en plein soleil.
La lessive est faite par nos soins dans notre chambre, on la fait au seau ! La corde est tendue au-dessus du lit, le linge sèche grâce au ventilateur.

Sechage au ventilateur

Sechage au ventilateur

Les transports
Pour se déplacer entre les villes ou villages, nous utilisons des bus, des tro-tro ou des taxis brousse. Les tro-tro sont des minibus de 15-20 places, c’est le moyen de transport qui coûte le moins cher mais n’est pas forcément le plus confortable ! David a souvent du mal à placer correctement ses genoux pour toute la durée du trajet. Les fauteuils sont souvent très abimés et nous avons un peu mal partout après 5 ou 6h de trajets plein de cahots. Il est donc parfois difficile de rester positif lorsque nous avons mal au dos, aux genoux, que le trajet dure 5h et que nous avons failli verser une bonne quinzaine de fois. Pour nous rendre de Kete-Krachi à Tamale, nous avons dû prendre 4 bus différents, attendre 5h à une barrière de police en attendant qu’un véhicule passe, puis finalement arriver 2 jours plus tard que prévu. C’est tout de même assez folklorique et c’est l’image que nous avions de l’Afrique avec des passagers (autre que nous) sur le toit des minibus !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A 20 dans un tro-tro

En attente d'un vehicule a la barriere de police

En attente d’un vehicule a la barriere de police

Les passagers du toit

Les passagers du toit

Les visites des lieux
Dans chaque nouvelle ville, se rendre au marché reste incontournable. C’est le coeur de la ville / village. C’est ici que les gens sont, c’est ici qu’on peut tout trouver, c’est ici qu’il faut être. Les stations de bus, tro-tro et taxis se trouvent toujours à proximité.

Au nord du Ghana nous avons découvert des paysages beaucoup plus secs qu’au sud, la savane est telle que nous nous la sommes imaginée ! Ca fait rever !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Notre vie quotidienne

Bonjour à tous !

Comme quelques personnes nous ont posé des questions sur notre vie quotidienne au sein de l’association, cet article fait l’objet d’explications un peu plus précises.

LA CUISINE

La question fatidique du « Qu’est-ce qu’on mange ? » va en intéresser plus d’un, il nous semble !

Dès notre arrivée, l’association a bien pris soin de nous. Nous mangeons des plats adaptés à notre estomac, ce qui nous a évité la fameuse tourista ! Nous ne pouvions pas suivre leur régime alimentaire très épicé dès notre arrivée. Nous mangeons donc beaucoup de spaghettis, riz, semoule accompagnés de légumes et quelques fois de viande ou poisson.

Légumes frais que nous mangeons chaque jour : poivron, tomate, chou, oignon, ail, carotte, haricot, concombre.

Nous mangeons également beaucoup de fruits : ananas, oranges (vertes ici), corossol, papaye, etc.

Les féculents que nous mangeons sont donc accompagnés d’une sauce aux légumes : légumes + huile de palme (seule huile de la région) + épices + cube de bouillon de volaille Maggi !

Autres plats que nous mangeons de temps à autre :

  • Igname frites = igname coupé en morceaux et fris à la poêle. Ressemble beaucoup à nos pommes de terre, c’est trop bon !
  • Fufu (prononcé foufou) = plat traditionnel sénégalais. Boule de pâte composée d’igname ou manioc bouilli. Les légumes sont travaillés dans le mortier une fois qu’ils sont cuits. Il est frappé jusqu’à obtention de la pâte.
  • Omelette dans le pain = omelette à base d’œuf, tomates, oignons et autres ingrédients suivant son goût. Origine surement allemande lorsque le Togo était une colonie allemande.

Autre particularité, le pain ici est au soja et non au blé. La différence se fait peu ressentir, seule la texture est plus briochée.

Entre volontaires nous avons également craqué pour du Nutella, nous avons acheté un petit pot mais c’est extrêmement plus cher qu’en France. On en trouve peu par ici donc nous le savourons. A cause de la chaleur il est constamment liquide mais ça ne nous empêche pas de l’apprécier !

Igname frites (Koliko) et sauce aux légumes

Igname frites (Koliko) et sauce aux légumes

Préparation du Fufu

Préparation du Fufu

Fruits et légumes frais au quotidien !

Fruits et légumes frais au quotidien !

COUT DE LA VIE

Quelques éléments de comparaison :

  • Coca-cola, bouteille de 60 cl = 450 FCFA = 0,68€
  • Trajet Kpalimé-Lomé en taxi, 2h30 de route = 2000 FCA/pers. = 3,05€
  • Pain ½ baguette = 100 FCFA = 0,15€
  • Jupe longue sur mesure (achat du tissu + couture) = 3600 FCFA = 5,50€
  • Robe longue dos nus sur mesure = 6500 FCFA = 9,90€
  • Prix du bâtiment de l’association (100 m²) = 15 millions de FCFA = 23 000€
  • Repas dans un restaurant (plat + 1 coca + 1 bière) = 3050 FCFA = 4,65€
Marine avec son Coca de 60 cl

Marine avec son Coca de 60 cl

David et son pain au soja

David et son pain au soja

HYGIENE

Douche = grande, froide mais à volonté et fais toujours du bien !

Toilettes = sèches, vie souterraine active et papier au panier.

Lit = deux matelas mousse deux places mis l’un sur l’autre, super confort, jamais mal au dos et moustiquaire pour dormir tranquille. Chambre spacieuse et 2 bureaux pour le rangement.

Vaisselle = 2 grandes bassines d’eau, 1 pour le lavage avec de la lessive génie et 1 pour le rinçage.

Lessive = seaux d’eau, lessive génie, savon de Marseille et huile de coude.

La vaisselle quotidienne !

La vaisselle quotidienne !

MOYENS DE TRANSPORT

Taxi brousse : vieux mini bus de marque française ou chinoise, ces véhicules officiellement 9 places se voit accueillir 15 personnes minimum pour réaliser des trajets longs entre différentes grandes villes. Pour les prendre, rendez-vous à la « station »,  le taxi-brousse part quand il est plein.

Taxi : Voiture familiale française ou chinoise (toujours) type Xsara turbo D, reconnaissable à leur plaque d’immatriculation de couleur jaune.

Nombre de places officielles : 5

Nombre de places togolaises : 7 voire 8

Moto taxi  ou « Zem » : très pratique et peu cher pour des petits trajets sur les pistes, les zems  sont des 125cc de la marque Sanya ou Apsonic (marques asiatiques). Port du casque quasiment inexistant. Zemidjan signifie « emmène-moi vite » en langue béninoise (fon).

Nombre de places officiel : 2

Nombre de places togolaises : 3 adultes voire une famille entière (2 adultes et 3 enfants).

Ces petites motos nous ont d’ailleurs values une course poursuite avec la police motorisée de Kpalimé. Nous avions enfourché un zem pour 10min, 200 FCFA chacun (nous 2 + le chauffeur), rappelons qu’il est interdit de monter à 3 sur une moto mais que c’est beaucoup pratiqué ici. Une fois en ville, un policier nous a vus, s’est alors engagée une course poursuite dans le quartier ! 5 minutes plus tard nous avions mis le policier en déroute. Pendant ce temps, le chauffeur du zem, hilare, nous explique que si nous nous étions fait arrêter nous aurions dû payer une amande de 3 000 FCFA. Arrivé sain et sauf à la maison, merci chauffeur de nous avoir évité l’amende !

A bientôt pour de nouvelles aventures !

Premiers pas sur le sol togolais

Chers lecteurs, chères lectrices,

 

Veuillez nous excuser mille et une fois de ne pas vous avoir tenu informés de l’avancée de notre aventure depuis notre arrivée, nous avons été très occupé par nombre de choses (l’école, l’acclimatation, la découverte de la ville de Kpalimé, un weekend dans la capitale, etc.) !

Arrivée à Lomé (Togo) Samedi 4 octobre à 3h00, heure locale (5h00 à Paris), le mercure affiche alors 27°C. Trente minutes plus tard, le temps de passer la barrière sanitaire et la douane, nous rencontrons enfin Koffa, notre correspondant durant ces derniers mois de préparation. C’est officiel, nous sommes maintenant sur le sol africain.

Nous nous engouffrons dans un taxi, Koffa nous explique alors que la route Lomé-Kpalimé, où siège l’association, est dangereuse à cette heure tardive. Nous dormirons donc chez un ami de Koffa habitant sur Lomé. Le taxi s’arrête, nous sommes devant la maison de Rodolphe (dit « Copain »). Il tient un gîte somme toute tranquille avec sa mère. Petit gîte sympathique, qui s’est révélé quelques jours plus tard être un hôtel de passes, sûrement tout aussi sympathique et assez fréquents dans tous types d’hôtel de la capitale, soit.

Samedi 4 octobre toujours, après une petite nuit chez Copain, nous partons en taxi direction Kpalimé en fin de matinée. Sur la route, nous commençons à nous rendre compte de ce qui nous arrive, « on y est putain !! ». Les cocotiers, bananiers et palmiers s’enchaînent de part et d’autre de la route qui est droite, sans stop, sans rond-point, sans feux, sans virage. Un paysage magnifique qui marque une réelle coupure avec la ville de Lomé où règne une impression de bazar. Bazar pour autant très ordonné quand on voit les « Zem » (motos taxis) se croiser dans tous les sens, avec parfois plus de 4 personnes. Bref, revenons à nos cocotiers.

Deux heures trente et 1357 cocotiers plus tard, nous arrivons au siège de l’association où nous sommes accueillis par toute l’équipe de CIR-TOGO (staff et bénévoles). Le cadre est juste trop bien, petit tour du propriétaire en images.

la pièce de vie

La pièce de vie

La cuisine

La cuisine

La chambre

La chambre

La douche est au fond de la terrasse

La douche est au fond de la terrasse

Les toilettes sont au fond de l'allée...

Les toilettes sont au fond de l’allée…

Voilà, maintenant que nous sommes installés, une petite sieste s’impose avant la soirée de bienvenue. Pas facile de s’endormir avec la chaleur ambiante, vaille que vaille, il va bien falloir s’y habituer pour les 6 prochains mois ! On dort. Réveil 1h30 plus tard, on nous annonce une soirée (spectacle de percussion et dance traditionnelle Togolaise suivis d’un concert de reggae) au Positive Reggae Baaaarrrr !!! La soirée se passe très bien, parsemée de rencontres avec d’autres volontaires de la région et des amis de l’association.

Le réveil du dimanche matin fut folklorique. Il faut savoir que les églises ici sont très très bien équipées en sono et les messes sont très festives. L’union parfaite pour réveiller tout le quartier.

Nous commençons notre mission de bénévolat dès le lundi matin (rendez-vous à 7h15 pour la montée des couleurs). Ecole catholique oblige, les 250 élèves se retrouvent tous les matins pour une prière sous le drapeau du Togo tendu au milieu de la cour. S’en suit les présentations avec le corps enseignant et la visite des 7 classes (jardins d’enfants, CP1, CP2, CE1, CE2, CM1, CM2). Ecole catholique oblige, la 30aine d’élèves dans chaque classe nous lancent un grand et fort « Que le seigneur soit avec vous ! ». Lorsque le directeur leur demande s’ils savent qui nous sommes, le plus souvent les enfants répondent d’une petite voix « c’est les blancs » ou « Yovo » (Yovo signifiant « blanc » en éwé, la langue la plus parlée au Togo). Les enfants nous appellent « blanc » sans aucun mauvais sens, c’est seulement qu’ils ne sont pas habitués à voir et toucher notre peau. Les enfants qui nous aperçoivent dans la rue nous scandent « Yovo, YOVO !! » ce à quoi nous répondons « Ameibo, ça va ? » (Ameibo signifiant noir en éwé). Leurs visages s’illuminent, ils sont surpris mais contents de voir que nous leurs répondons en éwé. Bref, nous en étions à la visite de l’école.

La cour de l'école

La cour de l’école

La visite est terminée, les classes nous sont affectées, ce sera CP2 pour Marine (38 élèves), et CE2 pour David (37 élèves), la journée peut commencer. La semaine s’est très bien passée, les enfants sont bruyants mais super gentils.

Les CE2 de David

Les CE2 de David

 

Les CP2 de Marine

Les CP2 de Marine

L’heure du départ a sonné !

Le grand départ

Ça y est ! Le grand jour est arrivé. Après plusieurs mois de préparation, nous touchons au but. Les affaires sont prêtes et bien rangées dans nos sacs. Les visas sont faits, les vaccins sont à jour, l’aventure peut commencer !

Départ prévu dans quelques heures pour Orly, un grand merci à Choupette et Choupette (Didier et Martine Pottier) qui nous ont proposé de nous emmener jusqu’à l’aéroport. Nous décollerons à 19h30 ce soir, puis après une escale à Casablanca (Maroc) dans la soirée, nous arriverons à Lomé (Togo) sur les coups de 3h00 (heure locale). Nous serons directement pris en charge par Koffa (le président de l’association que nous rejoignons pour 3 semaines) qui nous emmènera à Kpalimé (150km au nord-ouest de Lomé).

Nous tenions tout particulièrement à remercier les 38 donateurs qui croient en nous et en notre projet. Ils nous ont permis de récolter a ce jour 78% de l’objectif de notre collecte. Pour ceux qui le souhaitent, vous pouvez encore nous aider à atteindre les 100% de l’objectif jusqu’au 12 octobre prochain. Rendez-vous ICI !

Nous vous donnons rendez-vous très bientôt pour suivre notre aventure, elle ne fait que commencer !

David & Marine

Lancement officiel !

Impression Ça y est, nous y sommes, moins de deux mois avant le départ ! Les billets d’avions sont achetés, le matériel est commandé, les vaccins sont injectés (ou presque). Ce voyage ne s’annonce pas comme les autres nous le rappelons. Parti du constat que l’image que nous avions de l’Afrique, souvent véhiculée par les médias occidentaux, était majoritairement négative, nous profitons de quelques mois de répit pour aller sur le terrain découvrir ce qui s’y cache réellement. Le départ est fixé au 3 octobre 2014, nous rejoindrons le Togo et une petite association oeuvrant dans la région de Kpalimé (ville située à 140km au nord ouest de Lomé). CIR-TOGO (Carrefour International des Randonneurs au Togo) nous accueillera dans le carde d’une mission éducative de soutien scolaire et animation pendant 3 semaines. Une fois la mission terminée nous prendrons chaussures, cartes et sacs à dos pour découvrir le Ghana, le Burkina Faso, le Mali, la Guinée,  le Sénégal et les îles du Cap-Vert durant 6 mois. Au delà de découvrir les trésors qui se cachent dans ces régions méconnues nous espérons pouvoir VOUS les faire découvrir. Dans un premier temps à travers ce blog que nous alimenterons régulièrement durant le voyage. Et dans un second temps à travers un livre retraçant l’ensemble de notre voyage que ce soit les trésors découverts (1 par semaine) ou les galères vécues,  TOUT Y SERA !! Nous avons rejoint, à l’occasion de ce projet, le site KissKissBankBank. C’est un site de financement participatif qui permet à n’importe qui de nous aider financièrement à monter ce projet. Nous espérons pouvoir financer un quart de cette aventure grâce au financement participatif (le détail de notre budget est visible dans l’onglet « À propos de nous, du projet ! » de ce blog) Après avoir découvert notre page projet (l’Afrique aux Trésors) la personne souhaitant faire un don pourra le faire à travers le site, nous rappelons que pour chaque don une contrepartie sera offerte au donateur (une carte postale envoyée du Cap-Vert ou 300 m3 de sable ramenés en France à dos de chameau par exemple), allez découvrir ces contreparties ! Nous rappelons également que toute somme aura pour nous une grande valeur, même la plus petite. Alors si ce projet vous donne envie, si vous aimez découvrir de nouvelles choses, si vous voulez rêver avec nous n’hésitez plus ! David et Marine