Trésor n°9 – Larabanga et sa communauté

Nous sommes maintenant depuis quelques jours dans la capitale du Burkina Faso, à Ouagadougou pour prendre un peu de repos. Nous en profitons donc pour vous écrire et vous faire découvrir nos derniers jours au Ghana qui étaient forts en rencontres et découvertes parmi les habitants du village de Larabanga, en bordure du parc national de Mole.

Voici à peu près comment s’est déroulée notre arrivée à Larabanga. Il faut savoir que c’est un village installé en bord de route, sur l’axe Tamale – Wa, deux grandes villes du nord du Ghana. Il est situé à l’entrée du parc national de Mole et a donc un certain attrait touristique. Notre arrivée était donc une des plus accueillantes que nous n’ayons jamais eues ! A peine sommes-nous descendus du tro-tro que Adi et Fatao, des jeunes du village nous accueillaient par des « You’rewelcome » et s’empressaient de porter nos sacs pour nous emmener chez la famille d’Adi. Adi a fait ses études en tourisme, il œuvre beaucoup pour son village et essaie de le développer touristiquement pour le bien de la communauté. Il est également instituteur à l’école du village.

Une fois nos affaires déposées dans la chambre d’Adi, les gars nous expliquent comment fonctionne la réserve naturelle de Mole, comment pouvons-nous nous y rendre, à quelles heures ont lieu les randonnées safari, parmi d’autres nombreuses informations. Le brief pour les touristes était clean !

Après les chaleurs de l’après-midi et un repas de riz + stew (sauce à base de tomates) pris dans le restaurant local, nous voilà partis pour un tour du village. Nos guides ne sont autres qu’Adi et Fatao mais vous l’aviez surement deviné J.

Nous vous emmenons donc avec nous pour la tournée du village, vous êtes prêts ? Appareils photos en main ? Lunettes de soleil sur la tête ? Let’s go !

Nous commençons par passer devant un bâtiment laissant échapper des nuages de poussière blanche, en s’approchant de plus près on y découvre le moulin. Une vieille machine à courroie tourne bien et moud des graines de maïs bien sec pour en faire de la farine. Sur la gauche, juste derrière la porte on découvre une bassine plein de graines de ciabatta à l’état pur, sacré découverte pour des mangeurs de pain de ciabatta !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous laissons l’équipe travailler puis continuons vers l’arbre du repos des fermiers. Quelques rondins de bois difformes en forme de table sont alignés sous un arbre, à l’ombre, pour se reposer aux heures les plus chaudes de la journée. Les enfants curieux commencent déjà à nous rejoindre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Notre balade nous amène ensuite devant une des maisons les plus anciennes du village, à l’architecture ancienne. Sur les murs extérieurs, on peut observer des empreintes de doigts. « Pourquoi toutes ces empreintes ? » demande-t-on alors à Adi. Nous pensions qu’il s’agissait de décorations murales mais Adi nous répond alors « c’est un calendrier. On peut y lire les jours, les semaines, les mois et les années, mais seuls les anciens du village peuvent encore le déchiffrer. » Quelle surprise ! Nous apprenons ensuite comment ces maisons étaient construites. Elles sont faites d’argile, poutres et nombreux rondins de bois, mortier fait à base de paille, eau, terre, etc. Le toit étant plat, on peut y faire sécher toutes sortes de récoltes : graines, piment, manioc, gombo, etc.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Nous deux et Adi sur le toit de la maison ancienne

Nous deux et Adi sur le toit de la maison ancienne

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On nous emmène ensuite au niveau de l’école. Le premier bâtiment a été construit par les Peace Corps. Quelques années plus tard, le gouvernement a donné des financements et la communauté a apporté ses propres fonds pour permettre la construction du reste de l’école. 3 bâtiments accueillent aujourd’hui 900 enfants. Cela parait improbable pour une école française que de si nombreux enfants puissent être accueillis dans une si petite structure. L’avantage est qu’ici il fait si souvent beau que certaines classes peuvent étudier en plein air à l’ombre de grands arbres tout au long de la journée. Les enfants étant nombreux, il existe tout de même un roulement. Certains enfants viennent à l’école tôt le matin tandis que d’autres viennent seulement l’après-midi. Ce sont de grosses journées pour les instituteurs !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous rencontrons ensuite une femme en train de préparer du Banku, un plat traditionnel ghanéen. Elle propose alors à Marine d’essayer de touiller. Ce qu’elle s’empresse de faire avec plaisir. Une vraie petite femme africaine ! Le plat est à base de farine de maïs donc la pâte durcie rapidement, les flammes lui lèchent les doigts, elle évite quelques brûlures et s’en sort plutôt bien.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous approchons ensuite du lieu le plus touristique du village : La mosquée. C’est une des plus anciennes du pays, elle a été construite en 1421. Elle comporte 4 portes, 1 pour les femmes qui s’installent au fond, 1 pour les hommes qui s’installent au milieu, devant l’imam, 1 pour l’imam et 1 pour le muézin pour l’annonce de la prière. La mosquée peut accueillir jusqu’à 200 personnes. Le village étant composé de 4000 habitants, les personnes âgées y entrent en priorité, les autres villageois s’installent à l’extérieur, autour de la mosquée.

Et là, l'entrée des Jedis !

Et là, l’entrée des Jedis !

La suite de la balade nous emmène à la rencontre de femmes en train de piler du Fufu dans un mortier. Adi nous propose aussitôt d’essayer. David s’y met, ce n’est plutôt pas trop mal, il s’applique. Lorsque c’est au tour de Marine d’essayer, c’est plus délicat, elle ne met pas assez de force dans le frappé de la pâte, ça fait bien rire tout le monde, même elle. Il en faut de la force pour préparer le Fufu ! A sa décharge, elle ne fait pas ça tous les jours …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La tournée du village se clôture par un retour au domicile de la famille d’Adi où sa maman est en train de préparer du Kenkey (autre plat traditionnel qui se ressemble tout autant). Il nous invite à nous assoir en attendant de pouvoir manger le repas. C’est là que beaucoup d’enfants du village nous rejoignent. Nous faisons leur connaissance et ils nous demandent alors la traduction de nombreux mots en français. « Comment dit-on bike en français ? Et Sweetpotatoe ? Et boy ? Et human beings ?, etc. » Tout ce qui leur passe à l’esprit. Les petites filles se ruent sur Marine, les garçons sur David.

La famille d’Adi a le plaisir de nous offrir le repas du soir. Le Kenkey est en fait la pâte que nous avions déjà goûtée au Togo. Nous mangeons avec les doigts et trempons la pâte dans une sauce. Nous mangeons tous ensemble mais à des endroits différents de la cour. Ici, manger n’a pas la même importance qu’en France. Ils mangent pour se nourrir et non pour partager un moment de plaisir. C’est pourquoi ils mangent tous les jours la même chose ou presque, et ils ne s’en lassent pas. En 15 minutes tout au plus, tout le monde a fini de manger.

La journée s’est clôturée pour nous par une nuit à la belle étoile sur un toit du village. Armés de nos duvets et d’un matelas gonflable, nous voilà parés pour la nuit. C’était une expérience grisante ! Après les belles découvertes et rencontres de la journée, nous nous sommes endormis rapidement sous un ciel étoilé avec des images plein la tête. Nos pensées se perdaient vers le safari qui nous attendait le lendemain …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avant de vous laisser, voici quelques explications sur le fonctionnement du village. Les habitants font partis de ce qu’ils appellent « la communauté ». Ils œuvrent dans le seul but de profiter à la communauté entière. Par conséquent, ce que nous avons décidé de verser le lendemain, au moment de notre départ, pour la nuit, le repas et la visite du village est revenu entièrement à la communauté pour leurs projets communs en cours :

  • Finir la construction de la nouvelle clinique.
  • Construire un nouveau puits car l’actuel est partagé avec les animaux.
  • Financer du matériel scolaire.
  • Développer le tourisme local.

A bientôt pour de nouveaux trésors !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Publicités

4 commentaires

  1. Coucou
    C’est toujours un plaisir de vous lire, de voyager avec vous et profiter de vos rencontres. Manquent vos photos, mais ça viendra…ça nous donnera l’occasion de revenir sur le blog. Toutes les photos que vous avez mises jusqu’ici sont super jolies. Bonne continuation et bisous de nous tous
    Marylène

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s